prothese-hanche-3

L’arthrose de la hanche, aussi nommée coxarthrose, est une usure du cartilage de la hanche. Cette usure est irréversible.

Elle entraine une boiterie et un enraidissement.

Elle se traduit surtout par des douleurs de l’aine, de la cuisse et parfois même du genou.

Avec le temps les douleurs s’aggravent et les traitements médicaux (antalgiques, anti-inflammatoires et infiltrations) ne soulagent plus.

La prothèse de hanche permet de redonner une articulation indolore, mobile avec une marche normale.

QU’EST CE QU’UNE PROTHÈSE DE HANCHE ?

La prothèse se compose de plusieurs implants, un mis en place dans le bassin (cotyle) et un dans le fémur (tige fémorale).

Ces implants tiennent à l’os par deux moyens, soit par impaction (implants non cimentés), soit grâce à une colle biologique (implants cimentés).

On impacte ensuite une tête fémorale sur la tige fémorale et un insert dans le cotyle. Ces éléments vont s’articuler ensemble recréer une articulation.

prothese-hanche

prothese-hanche-2
LES SUITES DE L’INTERVENTION

Une radiographie de contrôle est demandée systématiquement en post-opératoire.

La rééducation et le premier lever se font généralement le lendemain de l’intervention.

L’hospitalisation à la clinique dure 4 à 8 jours.

Un centre de convalescence peut permettre une transition en douceur entre la chirurgie et le retour à domicile.

LES RISQUES

L’infection post-opératoire est une complication grave qui nécessite des traitements lourds.

La phlébite sera prévenue par des anticoagulants et le port de bas de contention en post-opératoire.

Une inégalité de longueur des membres peut exister et nécessiter des semelles.

La luxation (déboitement) de la prothèse peut se produire. Certains mouvements sont par ailleurs fortement déconseillés (croiser les jambes, s’assoir trop bas).